Thomas Sankara

BIENVENUE SUR LE SITE JEUNE-VIEILLARD

Thomas Sankara

L’ancien Président Burkinabè est un anti-impérialiste, panafricaniste et tiers-mondiste burkinabè. Dès son arrivée au pouvoir, il change de nom à son pays qui s’appelait à l’époque la Haute-Volta. Au pouvoir en 1984, Thomas Sankara conduit une politique d’affranchissement du peuple burkinabè. Son gouvernement entreprend des réformes majeures pour combattre la corruption et améliorer l’éducation, l’agriculture et le statut des femmes.Thomas Sankara était en premier lieu un des chefs du Mouvement des non-alignés, les pays qui durant la Guerre froide ont refusé de prendre parti pour l’un ou l’autre des deux blocs. Thomas était contre le colonialisme et le néo-colonialisme des pays occidentaux et particulièrement de la France en Afrique. Il est l’un des meneurs de la dernière révolution de l’« Afrique progressiste », opposée à l’« Afrique modérée ». Il est considéré par certains comme le Che Guevara africain. Et comme la France n’aime pas avoir la honte, son assassinat sera commandité par un coup d’État qui amène au pouvoir Blaise Compaoré, le 15 octobre 1987.

 

 Voici le dernier discours de Thomas Sankara avant qu’il ne soit assassiné le 15 octobre 1987

 

« Lorsque j’étais à Moscou, lorsque j’étais en Union Soviétique, l’on nous avait fait visiter beaucoup de lieux historiques, des musées, mais l’on nous a fait visiter également la cité des étoiles. A la cité des étoiles, c’est là que les Soviétiques forment leurs cosmonautes. L’on nous a fait visiter les vaisseaux. C’est impressionnant, j’avoue. Soyouz, Saliout, Mir, etc. Ils connaissent beaucoup de choses. Ils ne parlent plus avec la Terre, eux, ils parlent déjà avec la Lune. Puis, comme toujours, l’on m’a demandé de signer le livre d’or, j’ai signé évidemment! L’on m’a demandé de féliciter les quelques cosmonautes qui étaient là, je les ai félicité évidemment! L’on nous a demandé d’aller admirer ceci et cela, nous avons admiré évidemment! L’on nous a amené nous incliner devant la statue de Gagarine, qui est mort, nous nous sommes inclinés évidemment! Puis, nous avons voulu nous séparer. J’ai dit non, ce n’est pas tout camarades, attendez! C’est très bien, vous nous avez montré ça, nous sommes contents. Nous vous félicitons, c’est un progrès scientifique et quand tout cela sera au service des peuples, ça sera vraiment un bienfait. Mais moi, je voudrais vous demander une chose. Deux places. Il faut que vous prévoyez deux places pour former des Burkinabè. NOUS AUSSI NOUS VOULONS ALLER SUR LA LUNE. On veut aller là-bas! Donc la coopération doit commencer. Et nous sommes au sérieux, nous voulons envoyer des gens sur la Lune. Ainsi, il y aura les Américains, il y aura les Soviétiques, quelques autres pays mais il y aura aussi le Burkina ».

 

Démarrez une conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *